Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Septembre 2010 0432010 059

 

Mon atelier de peinture

 

K.ROLYNE

8 décembre 2012 6 08 /12 /décembre /2012 17:41

 

PB240565

Voici mon étoile du soir, mon étoile bleu céruléum ramenée de Fès.

 

Dès que je l'ai vue, j'ai su qu'elle et moi on était faites l'une pour l'autre.

 

Elle est belle non ?

 

Je l'ai installée au-dessus de mon atelier. Il est tout petit vous savez mon atelier, un peu comme la planète du Petit Prince. Grâce à elle, j'ai toujours un peu la tête dans les étoiles. Dans les étoiles de Fès.

 

Bibiz à toutes ses consoeurs de Noël.

Repost 0
5 novembre 2012 1 05 /11 /novembre /2012 10:10

SP A1532

Je n'ai pas arrêté une seconde de peindre. C'était un vrai bonheur. Mes deux fistons s'y sont mis aussi. C'était un voyage plein de couleurs et de découvertes. J'ai rarement été aussi inspirée. Tout mérite d'être dessiné, tout est si coloré et raffiné. C'est magique.

 

Je vide ma valise et mon appareil photo et je vous montre mes aquarelles.

 

A très vite,

 

Bibiz à toutes les boites de couleurs de voyage.

Repost 0
28 septembre 2012 5 28 /09 /septembre /2012 08:00

Moutarde MAilleIl y a aussi un tramway tout neuf (canon le tramway !), un Musée des Beaux-Arts et des jets d'eau place de la Libération qui ne sont pas sans rappeler ceux du Parc Martin Luther King des Batignolles.

 

Comme j'ai passé l'âge du cap ou pas cap de sauter au-dessus des jets d'eau, mon intérêt s'est plutôt porté vers le Musée. A cette occasion, le Musée des Beaux-Arts de Dijon a fait une entrée fracassante dans le top 5 de mes musées préférés. Je ne lui ai trouvé aucun défaut. Bon, si quand même, il est en grand chantier pour se faire une beauté. En 2013, il sera donc encore plus beau que ce qu'il n'est déjà. Mais il y a d'autres qualités :

 

1. Il est gratuit.

 

2. Il est à échelle humaine et raisonnablement fréquenté.

 

3. Il laisse à la disposition de ses visiteurs des carnets de dessins (si, si) pour leur permettre de dessiner sur place des tableaux ou sculptures qui leur plaisent. Le Musée fournit une tablette et un banc pour être confortable. Le papier et le crayon sont fournis aussi à condition de trouver une feuille blanche dans le carnet et de tout laisser sur place à la fin bien sûr. Je n'avais jamais vu ça nulle part, je trouve ça génial.

 

4. Des poussettes sont à la disposition des enfants pour la visite. Merci pour les parents fatigués de porter leurs petits.

 

5. Des miroirs permettent d'admirer les plafonds et leurs fresques sans attraper un torticolis. On est quand même dans le palais des Ducs de Bourgogne et question déco, ils n'ont pas fait dans le discret.

 

6. On a le droit de prendre des photos sans flash.

 

7. Enfin, et ce n'est pas le moindre des avantages, la collection d'art est juste à tomber par terre.

 

J'y viens donc à ces oeuvres d'art. Le Musée offre un échantillonage de chaque période, avec de jolies toiles pour chaque peintre. Allons-y pour un inventaire à la Prévert :

 

  • Un joli Fragonnard,
  • D'Aubigny et un superbe paysage à la marre,
  • Henner avec un christ mort,
  • Guillaumet et d'autres orientalistes dont Delacroix (Ah ouais),
  • Des peintures et des sculptures de Barye dont le puissant lion du Musée du Louvre en taille presse-papier,
  • Géricault, Flandrin, Millet, les classiques ça peut pas faire de mal,
  • Couture avec un portrait magnifique de femme utilisant la couleur grise de la toile brute comme valeur pour les ombres,
  • Carrière et sa peinture floue,
  • Une salle pour le sculpteur Pompon. J'ai adoré les attitudes de ses animaux, les panthères en particulier et la taupe.

    SP A1427

  • Forcément, qui dit Pompon dit Renoir,
  • Maurice Denis et ses jolies couleurs, et surtout une nativité avec un nourrisson à vous faire fondre le coeur,
  • Odilon Redon et ses éclats de bleu outremer (je peux pas m'empêcher de penser aux albums des Petites Bêtes quand je vois ses toiles... C'est à cause d'Odilon le grillon)
  • Un intérieur de Valloton
  • Etretat vu par Monet et Courbet. Forcèment, ça n'a rien à voir.
  • Rubens, Le Brun et d'autres grands noms,
  • De Staël en épaisseur,
  • Manet et sa serveuse des Folies Bergères,
  • Et enfin deux sublimes découvertes, mes deux coups de coeur : Charles Lapicque qui serait le fruit d'une union entre Matisse et Dufy et Maria Vieira da Silva, juste beau ses toiles.

SP A1424

SP A1425

 

Je vous garde enfin le meilleur pour la fin, mon préféré d'entre tous, la barque bleue d'Henri Edmond Cross. Le coeur qui bat en le voyant. Amusez-vous à le regarder en partant de loin, approchez-vous jusqu'à coller votre nez dessus. Ensuite reculez de nouveau au fond de la salle. C'est une expérience optique amusante. C'est magique.

  SP A1423

Je n'ai pas visité l'intégralité du Musée par manque de temps. Mais juste pour l'info, il y a des antiquités, une salle Moyen-Age et le tombeau des Ducs de Bourgogne qui est en restauration à l'heure actuelle. On peut néanmoins admirer les pleurants. Impressionnant.

 

Bon ben si avec tout ça je n'ai relancé le tourisme culturel en Côte d'Or moi !

 

Bibiz à la moutarde au pain d'épice.

Repost 0
21 mai 2012 1 21 /05 /mai /2012 19:32

... il y a aussi des escargots !!!!!!

... des vignes, des nones, des hospices, du pinot noir, des châteaux, du jambon persillé, des truffes, des fromages...

et aussi des tableaux.

Beaune WE Ascension 2012 010

Beaune WE Ascension 2012 019

Beaune WE Ascension 2012 057

Voyez le mignon petit gourmand qui croque le raisin des vendanges !!

Beaune WE Ascension 2012 075

Beaune WE Ascension 2012 076

Beaune WE Ascension 2012 077

Beaune WE Ascension 2012 078

 

Bibiz à tous les grands crus.

Repost 0
10 novembre 2011 4 10 /11 /novembre /2011 08:42

ça y est, on y est, je vais vous parler de ma visite de l'Albertina. Pour ne rien vous cacher, j'ai profité de la sieste des boubous pour visiter seule ce musée. J'ai même pris le luxe de m'offrir un audio-guide, c'était vraiment la fête.

  Monet Nymphéas

Pour faire Guide Michelin en trois lignes, l'Albertina est le palais dans lequel étaient logés les invités de l'empereur et de sa femme. Y ont séjourné toutes les personnalités de l'époque, dans un luxe incroyable. Aujourd'hui, c'est devenu un musée dans lequel on peut voir une collection d'art contemporain avec des belles choses rigolotes, dérangeantes ou originales. Il y a également des expositions temporaires. Et depuis 2009, on peut aussi y admirer la collection Batliner. Mais qui est-ce me demandez-vous ?

 

Rita et Herbert sont leur petit nom. Et du nez ils en eu sacrément durant tout le siècle dernier. Pour vous donner une idée, voici les noms des peintres dont ils ont acquis les tableaux : Monet, Bonnard, Toulouse-Lautrec, Signac (trois toiles somptueuses !), Matisse, Degas, Kandinsky, Chagall, Picasso, Klee, Renoir, Modigliani, Kees Cool Van Dongen mon copain, Malewitsch, Bacon, Magritte et d'autres encore et encore.   

 delaunay

Ils ont prélevé un échantillon de toiles de maîtres dans chaque pays d'Europe, sans se tromper, représentant en une collection toute l'histoire de la peinture des impressionnistes aux sur-réalistes, en passant par les cubistes, cavalier bleu et autres mouvement pictural de l'époque. C'est impressionnant de flair. Bon, ils devaient être bien conseillés aussi, non ?

 

J'ai beaucoup aimé cette toile très dynamique de M. Delaunay. Mon côté cocorico sans doute...

 

Et puis voici l'une des trois toiles de Signac vraiment magnifiques que j'ai examinée de près de loin de près de loin pendant dix minutes (j'étais sans enfant je vous rappelle, cet exploit n'est pas réalisable sinon).

 

Ce truc du pointillisme est absolument dingue. C'est magique.

SIgnac

Et aujourd'hui, cette collection a été léguée au musée qui en fait profiter tout le monde. Un régale.

 

Il y a enfin une autre collection non moins fameuse à voir dans ce musée : ce sont les nombreuses gravures de Dürer, le maître des planches d'histoire naturelle, et Egon Schiele, entre autres. Tout n'est pas exposé car il y en a beaucoup trop. Les dessins sont conservés précieusement dans un bunker secret. Mais on peut quand même voir quelques échantillons de cette collection.

 

J'ai bien aimé aussi. J'admire toujours la technique du dessin, mais ça me fait moins vibrer que la peinture. Pour moi, le dessin est un outil qui permet de peindre. Le but final du dessin, c'est la toile. J'ai donc toujours l'impression de voir des travaux préparatoires plutôt qu'une oeuvre achevée lorsque je vois ces sanguines, aquarelles et dessins. Mais il n'empêche que j'admire.

 

Pour finir, j'ai craqué sur cette peinture murale absolument gnan-gnan : un char tiré par deux pigeons ! 

 

Vienne 1 (138)

 

Pour voir les dessins, on déambule dans les appartements des invités fraîchement restaurés et qui étaient luxueux (je l'ai déjà dit), avec moult lustres, tapis rouges et angelots aux plafonds. Pas désagréable.

 

Voila les amis. Vous savez tout maintenant. Je m'en vais retrouver mes petits amours.

 

Bibiz à tous les cupidons dodus.

Repost 0
9 novembre 2011 3 09 /11 /novembre /2011 20:10

Je ne me lasse pas de vous parler de Vienne.

 

Voici quelques chefs d'oeuvres viennois en vrac, rien que pour vous donner envie, à vous gourmands de culture et gourmands tout courts !

 

Le café viennois bien sûr en premier lieu. Abandonné par les turcs en déroute après leur siège infructueux de Vienne au XVIeme siècle, le café a été adopté par les viennois et accommodé à la mode meringue et chantilly. Un délice ! En arrière plan la délicieuse Sachertorte, le dessert préféré de l'empereur François-Joseph. A tomber par terre.

 

Vienne 1 (111)

 

A noter qu'il faut un Master en cafécologie pour choisir le sien sur les cartes tant il y a de variétés. Un vrai dilemme qui obligera à revenir, n'est-ce pas ?

 

Vienne 1 (204)

 

Je suis également tombée sur du street art viennois, qui ressemble beaucoup au notre et pour cause ! Un escalier dédié aux space invaders ! Pour un peu, on se serait cru aux Batignolles !

 

Vienne 1 (353)Vienne 1 (354)Vienne 1 (360)

 

Et maintenant place aux autres stars locales auxquelles on ne peut échapper pour notre plus grand plaisir.

 

La musique tout d'abord !

Yes Maestro ! La musique est un peu partout. Tout le monde sifflote la Marche de Radetzky en marchant dans la rue (j'exagère à peine).  Je vous jure qu'on a du mal à se l'enlever de la tête. Pour ma part j'ai eu l'ouverture de la Flûte Enchantée en boucle toute une journée dans la tête. Et ça dure encore...

 

Vienne 1 (161)

 

Vous n'échapperez pas non plus à la déferlante Sissi ! C'est impossible.

 

Vienne 2 (104)

 

Moi j'aime bien le petit cochon en premier plan.

 

Et voici la belle robe !!!! Oooooohhhhhhhh !!! Aaaaaaaaaa hhhhhh !!!!!

 

Vienne 2 (96)

 

Et puis comme c'est la ville de la musique, voici une toile aperçue dans une galerie.

Ici, Mozart partage sa couronne avec le King of pop.

 

Vienne 1 (367)  

 

Enfin pour finir, la mode viennoise familiale. So kitch !

 

Vienne 1 (280)

 

Ahhh que de belles choses isn't it ?

 

Bon aller, je reviens demain avec des choses plus sérieuses, comme ma visite de l'Albertina (mais oui mais oui, j'y viens, j'y viens enfin).

 

Bibiz à tous les chanteurs de yodle.

Repost 0
3 novembre 2011 4 03 /11 /novembre /2011 09:45

Chose promise chose due, voici la suite de ce fabuleux voyage au pays des 1000 et une merveilles de la musique et de la peinture.

 

J'ai beaucoup aimé dans les musées viennois les aménagements qui sont faits pour rendre agréable et variée la visite : au musée Léopold par exemple vous pourrez admirer les toiles de Klimt et Moser tout en écoutant les symphonies de Gustav Mahler. Je vous assure que pour faire tenir des enfants en place pendant au moins cinq minutes c'est très appréciable.

 

Il faut également savoir que les musées prévoient des activités pour les enfants : ateliers et musées spécifiquement conçus pour les enfants. Pensez à réserver. Cela permet d'alterner les visites de musées adultes avec des visites beaucoup plus ludiques. Et voilà comment Papageno est devenu le nouveau super-héros, éclipsant Spiderman et les Ninjagos, c'est dire... 

 

Une autre chose m'a également beaucoup surprise dans les musées viennois : on a le droit de photographier les tableaux ! Quelle n'a été ma surprise lorsque j'ai vu une touriste prendre en photo avec un flash éblouissant des toiles de Matisse et de Monet ! Mon coeur s'est pour ainsi dire arrêté de battre. Pourtant aucun gardien n'est venu lui tirer les oreilles. Mon éducation culturelle à la française a été plus forte et j'ai été incapable malgré tout de prendre la moindre photo des oeuvres exposées dans les musées.

 

Je me suis autorisée quelques clichés lors de l'exposition d'art contemporain du musée Léopold. Les voici. Et c'est tout.

 

Vienne 1 (187)Vienne 1 (186)

 

Autre expérience amusante : à Vienne, on peut piétiner un Monet. Vous ne me croyez pas ? La preuve en image !

 

Vienne 1 (290)

C'est amusant de se prendre en photo assis sur les nymphéas. Tout ceci m'offre une transition royale vers ma visite de l'Albertina et de la collection Batliner, encore des collectionneurs qui ont eu du nez, "De Monet à Picasso". Je vous en parle prochainement.

 

A suivre...

 

Bibiz à tous les paparazzis des musées.

Repost 0
1 novembre 2011 2 01 /11 /novembre /2011 15:57

J'en rêvais, mari-chéri l'a fait.

 

Je reviens de Vienne et j'ai encore les yeux pleins d'étoiles, de musique, de café viennois et de Sachertorte.

 

J'ai un milliard de choses à vous dire et à vous montrer et je ne sais pas par où commencer.

 

Dilemme.

 

Pour commencer, l'incontournable à Vienne c'est le marketing touristique autour des stars locales : Mozart, Klimt, Sissi...

 

J'ai fait une over-dose de Klimt ! Oui c'est possible. Le baiser est surexposé sur le moindre sachet de thé, biscotte ou autre, c'est à vous en donner le tournis. Une Klimtonite aïgue qu'on appelle ça.

 

Vienne 2 (51)

Toute boutique vend tee-shirt, magnet et foulard déclinés à l'infini sur ce tableau. ça en devient indécent.

 

Egön Schiele est moins exploité. Il faut dire que ses toiles sont plus rudes et beaucoup moins romantiques. C'est plus difficile à glisser sur le paquet de céréale du matin...

 

J'ai également redécouvert Kokoschka et surtout Moser que j'ai beaucoup aimé. J'avais déjà pu admirer leurs toiles lorsque le Grand Palais avait organisé une exposition sur le quatuor viennois.

 

Mais ce n'est pas la même chose d'admirer ces toiles dans leur ville d'origine. La magie ici opère et tout semble logique. L'architecture viennoise complète les tableaux aperçus dans les musées. Le mouvement Sécessionniste devient palpable.

 

En témoigne le Pavillon de la Sécession, construit par les artistes viennois en rupture avec l'art officiel.

 

Baptisé le choux fleur par les viennois, ce pavillon est devenu un lieu d'exposition d'art contemporain.

Vienne 1 (301)

 

Vienne 1 (343)

Ce lieu est pour le moins surprenant. Je ne sais pas si en le visitant il y avait une exposition en cours ou si elle était en cours d'installation.

 

Il y avait un pot de peinture abandonné, en train de sécher. Je n'ai pas su dire s'il s'agissait d'un pot laissé là par un peintre en bâtiment, ou s'il s'agissait d'une oeuvre d'art. Je crois pourtant que c'était bien ça. Voici donc l'oeuvre d'art la plus ironique du monde !

 

Vienne 1 (347)

En voilà qui ont de l'humour !!

 

J'ai bien rigolé en tout cas. D'autant plus que le reste du Pavillon est vide.

 

Il y a bien la fresque de Klimt au dernier niveau. Elle est plutôt belle, mais elle fait un peu peur. Sans doute parce qu'elle s'inspire de la 9ème de Beethoven. Il n'y là pas de quoi rire... Pom pom pom pom ! pom pom pom pom ! 

 

Heureusement, on peut trouver de belles explications sur la signification des symboles peints par le peintre ! le bonheur, la maladie, la folie, l'amour.

 

Et tout cela finit sur un baiser.

 

Voilà pour l'art nouveau viennois.

Vienne 1 (344)

Mais non en fait ce n'est pas du tout fini, parce que lorsqu'on se promène dans Vienne, on continue de voir de l'art nouveau partout partout.

 

Les façades, les monuments, les statues, tout est art nouveau là-bas.

 

Même les cafés ! L'American bar et le Café Museum, tout designés par M. Loos, le pape des façades sans fioritures, ni cariatides.

 

Je m'arrête là pour aujourd'hui et je reviens très vite pour vous montrer qu'à Vienne, on peut marcher sur un Monet, photographier des Matisse avec flash (oh sacrilège) et hésiter pendant une heure devant la carte avant de choisir son café.

 

Bibiz à tous les apfelstrudels.

Repost 0
27 juin 2011 1 27 /06 /juin /2011 19:08

Comme je vous l'ai indiqué, je me suis rendue à Giverny pour visiter les jardins et la maison de M. Claude Monet.

 

Cette sortie, je la dois à fiston et à son école, dont le thème de l'année était les Beaux-Arts (autant dire que j'étais ravie). Je m'y étais préparée, lisant la biographie de Monet, reprenant les tableaux les plus connus, afin de pouvoir répondre à toutes les questions de ces enfants avides de culture. Bon, OK, j'en rajoute. C'est surtout pour moi que je m'étais documentée, histoire de savoir ce que j'allais voir. Je voulais être imprégnée des tableaux pour pouvoir les retrouver sur le site : les nymphéas, les allées de fleurs, les enfants dans le jardin, les membres de la famille Monet lisant sur des bancs... Ma tête était déjà pleine de touches de lumière et d'images.

 

Giverny 017

 

J'étais prête. Je croisais les doigts pour qu'il fasse beau, afin de pouvoir pleinement apprécier le spectacle du jardin, de ses couleurs et des reflets du ciel dans le bassin des nymphéas. Ah ça, question soleil et chaleur j'ai été servie ! Record battu ! Canicule absolue, les nymphéas n'avaient jamais vu ça.

 

Bon, il y a sans doute beaucoup de choses qui avaient été épargnées aux nymphéas jusqu'à ce jour... Une sortie scolaire c'est quelque chose, surtout lorsque le site choisi est d'ordinaire réputé pour son calme et sa tranquillité, un temple en respect du maître impressionniste qui y vécut jadis. Le contraste peut donc dérouter lorsqu'il y déboule 120 gamins surchauffés par un soleil de plomb.

 

Soudain, partout, c'est des enfants qui meurent de soif et de chaud, qui veulent faire pipi cinq minutes après la pause pipi (mais madame j'avais pas envie tout à l'heure !), qui jettent leur bouteille vide au milieu des nymphéas (Monet pardonne leur, ils sont si jeunes), qui se font piquer par les guêpes qu'ils ont énervées. Bref des enfants qui arrivent un peu comme des chiens dans un jeu de quilles, les touristes japonais et américains faisant office de quilles. Le mythe du Giverny idyllique éclate brusquement en morceaux (ah oui, avis aux touristes américains qui ont vu "Minuit à Paris", Giverny n'est pas à 30 minutes de Paris...).

 

Pour ma part, les enfants dont j'avais la garde ont été supers mignons (bon normal, fiston faisait partie de la bande). A ma grande surprise, ils se sont plus intéressés aux panneaux écrits en anglais "Please, do not touch" qu'aux toiles visibles dans la maison... Je n'aurais jamais pensé les voir si passionnés par ces détails. A leur décharge, les toiles exposées dans la maison de Monet sont des copies, les originaux sont au Musée d'Orsay et au Musée Marmottan.

 

   Giverny 065Giverny 066

 

Il y a des originaux, mais pas signés Monet : on peut voir les toiles de sa belle-fille Blanche Hoschedé, entre autres, qui ressemblent drôlement à celles du beau-père. On n'échappe pas à une telle influence c'est clair.

 

Enfin, ça donne quand même une assez bonne idée de ce que ça pouvait être. Les reproductions de clichés de Monet montrant ses toiles aux visiteurs aident aussi à la reconstitution. J'ai beaucoup aimé, vous vous en doutez. Pénétrer cette maison, respirer cet air "magique", voir ce qu'il voyait, ça m'a fait tout drôle quand même. Tout à coup, ça devient concret, les toiles ont une histoire, elles sont nées ici. On perçoit son regard, on vit dans ses tableaux et ça leur donne beaucoup plus de profondeur.

 

Les enfants ont été surpris de voir que M. et Mme Monet faisaient chambre à part, de voir qu'ils n'avaient pas l'eau courante dans leurs salles de bain et que M. Monet tout grand peintre qu'il fut, ramassait lui-même ses oeufs frais dans son poulailler, posant sa canne ici et son chapeau là (bon, ça c'est la petite histoire que je leur ai inventée pour les faire rester cinq minutes de plus dans la pièce, me laissant le temps de mieux voir les lieux).

 

Ils ont beaucoup aimé le pont chinois japonais des nymphéas et ils ont fait le lien avec le Japon en voyant les estampes dont la maison est remplie. Forcément, le Japon, ils en ont tous beaucoup entendu parlé ces derniers temps...

 

Ils sont restés un moment devant les animaux de la ferme (minuscule) et ils ont regardé les fleurs, oui, même les garçons. Fiston en a pris quelques une en photo pour moi "pour que je puisse les peindre" (je vous dis pas comme j'étais trop émue). Les nymphéas et les ponts leur ont vraiment beaucoup plu. Et à moi aussi.

 

Giverny 045Giverny 047Giverny 060

 

Je n'ai pas su leur répondre lorsqu'ils m'ont demandé si Monet aimait pêcher ! Mince, la colle ! C'était bien la peine d'avoir relu toute l'histoire de l'art pour sécher bêtement sur une question aussi simple ! J'ai répondu qu'il aimait mieux peindre et jardiner. Il possédait d'ailleurs une belle collection de manuels de botanique qu'on peut voir dans l'une des premières vitrines de la maison. Les enfants étaient déçus de ne pas avoir vu de potager, et ils ont passé un bon moment à se demander comment faisait Monet pour se nourrir (les oeufs de poules mis à part). ça a fait l'objet d'un grand débat. Et oui, on ne vit pas que de fleurs et de peinture fraîche tout de même. Ils sont très pragmatiques.

 

Giverny 051

On a pris le temps de voir le jardin en marchant le plus à l'ombre possible et la fraîcheur du jardin aquatique nous a fait du bien. On a fini la visite par un arrêt au point d'eau où tout le monde s'est copieusement arrosé.

 

Pour ma part, j'ai été enchantée par cette sortie. J'ai eu un pincement au coeur lorsqu'il a fallu partir. Je serais bien restée plus longtemps à l'ombre des grands arbres, les yeux plongés dans les reflets du ciel des nymphéas, m'imaginant capable de les peindre aussi bien que lui à force de les regarder. C'est sans doute ça la magie de Giverny...

 

En passant devant le musée des impressionnistes, j'ai vu que l'expo sur Bonnard va finir le 3 juillet. Si vous avez la chance d'aller à Giverny d'ici là, faites-y un tour, à mon avis, ça doit vraiment valoir le coup.

 

Je vous laisse ICI le lien pour aller sur le site web de la fondation Monet, bourré d'infos pratiques, de photos, de vidéos et même de recettes de cuisine !

 

Bibiz à toutes les sorties culturelles de fin d'année.

Repost 0
2 décembre 2010 4 02 /12 /décembre /2010 19:00

Vu la météo et les kilos de neige qui nous tombent dessus depuis quelques temps, il faut que je vous montre cette photo que j'adore et qui amène des images de froid, de glace et de flocons. En différé depuis Helsinki, voici l'art du pays du Père Noël.

  J0235

 

La preuve que malgré le froid, on a le sens de l'humour, non ?

 

C'est à Helsinki au Ateneum Art Museum que j'ai pu voir cette exposition sur Caj Bremer, un photographe finlandais, qui sa vie durant, a saisi ses concitoyens dans leur quotidien ainsi que les événements marquants finlandais.

 

S'il y a bien quelque chose qui nous échappe ici, c'est l'importance du Sauna et ses codes. On y va en famille, on y passe du temps, on discute. Puis on plonge dans l'eau gelée, avec icebergs flottant en guise de jouets de bain. Et on retourne transpirer à grosses gouttes dans la hutte en bois. Tout ça avec femme et enfants dans les campagnes. En ville, on fait sauna à part. Bon ça c'est pour la petite anecdote.

 

Les photos de cette expo étaient très belles et très instructives pour comprendre les traditions et le mode de vie des finlandais.

 

Côté peinture, j'ai trouvé que les finlandais étaient sacrément progressistes. Par exemple, une exposition était consacrée à L. Onerva, une femme de lettres et peintre. A travers son parcours, ses oeuvres et celles de ses contemporains et surtout contemporaines étaient exposées. Je cherchais l'autre jour les femmes peintres, c'est vers les pays de Nord que j'aurai dû me tourner.

 

helene-schjerfbeck-finnish-1862-1946-self-portrait-

Au début du XX siècle, Lehtinen Onerva a mené sa vie en toute liberté, non sans en payer le prix, mais son témoignage révèle une certaine modernité. La Colette finlandaise en somme.

 

 

Je vous livre le nom d'une autre femme peintre finlandaise, Helene Schjerfbeck. Oui comme ça se prononce.

 

Elle a eu sa petite notoriété à Paris où elle a participé à plusieurs événements majeurs.

 

 

Une belle touche.

 

Je dois dire tout de même que la peinture finlandaise n'est pas des plus gaies, ni des plus colorées. En revanche, ils peignent la neige comme personne. Ben oui.

 

Bibiz à toutes les pierres chaudes. 

Repost 0
6 novembre 2010 6 06 /11 /novembre /2010 20:20

Maroc 2010 (145)Me revoilà, fraîchement rentrée d'une inoubliable semaine passée dans l'antichambre du paradis : le domaine de Sawadi, une maison d'hôte située au coeur de la palmeraie de Skoura à 40 km de Ouarzazate. Une pure merveille ! Tout y est arrangé avec goût. Chaque cactus, chaque coin de fenêtre, chaque objet inspirent et donnent envie de se poser pour croquer à tout va. Je ne m'en suis d'ailleurs pas privée.

 

Voilà donc un très bel endroit. Je ne sais pas s'il a été spécialement pensé pour les artistes, mais en tout cas moi, j'y ai trouvé mon compte et m'y suis sentie immédiatement inspirée.


 

L'ambiance de la palmeraie est tout simplement magique. Des couleurs sublimes et une bande-son reposante : Les rires des écoliers qui sortent de classes, les ânes qui s'expriment, le glouglou des systèmes d'irrigation, l'appel du muezzin... La végétation y est riche et fruitée. Tout est envoûtant.

 

Les nuits sont irréelles. Je n'ai pas souvent eu l'occasion de contempler un ciel aussi pur, libéré de toute pollution lumineuse.

 

 

Voici donc une belle découverte du Maroc : une merveille pour les yeux, un régale pour le palais et une ouverture pour l'âme. Comme c'est bon de tel voyage. On n'a pas seulement la sensation d'avoir vu, visité, ramené des souvenirs comme tous les touristes. On se sent grandi de l'intérieur. C'est assez rare. Et donc très précieux.


Le contact avec les gens est merveilleux. Non seulement les gens du domaine de Sawadi sont adorables, mais on sent que c'est contagieux : tout autour de soi c'est une invitation à aller vers les autres, touristes et marocains confondus.

 

Pour petits et grands, ce voyage restera gravé à jamais.

 

Et promis, demain je vous montre mes croquis et aquarelles.

 

Bibiz à tous les ouarzazis.

Repost 0
5 novembre 2010 5 05 /11 /novembre /2010 09:13

Je rentre de vacances d'un endroit merveilleux : le désert marocain. Ah ses oasis, ses montagnes rouges, les villages couleurs du désert. C'était enchanteur. J'ai aquarellé à tour de bras (même le grand bout'choux s'y est mis).

 

Je vous montre tout ça très bientôt.

 

Mille projets ont émergé dans ma tête. Que d'inspirations, que d'envies ont fait naître toutes ces images, ces paysages et les marocains aussi et surtout bien sûr.

 

Je vous en parle dès que possible.

 

Bibiz à tous les grands voyageurs.

Repost 0

Mon Blog De Peinture

  • : k.rolyne.over-blog.com
  • k.rolyne.over-blog.com
  • : Bonne visite dans mon atelier de peinture
  • Contact

Welcome

Cher lecteur, voici plus de quinze ans que je peins. Cette passion trouve par ce blog un moyen d'exposition adapté à mon rythme de création et à ma vie très active. J'ai fréquenté de nombreux ateliers, fait de superbes rencontres et appris auprès d'artistes reconnus. Les tableaux, croquis et dessins présentés dans mes albums couvrent ces quinze dernières années. Je vous présenterai celles à venir par mes articles. Bonne visite dans mon atelier.

Tu Cherches, Tu Trouves !