Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Septembre 2010 0432010 059

 

Mon atelier de peinture

 

K.ROLYNE

23 décembre 2010 4 23 /12 /décembre /2010 09:39

L'année 2010 s'achève dans quelques jours. Un peu partout à la radio et dans la presse, on nous ressort la liste des célébrités disparues au cours de cette année écoulée.

 

Moi qui aime beaucoup le cinéma, la perte de Claude Chabrol, de Bernard Giraudeau (là j'ai vraiment pleuré), de Tony Curtis, d'Eric Rohmer, d'Alain Corneau, de Denis Hooper, et même dernièrement de Leslie Nielsen, ça m'a fait quelque chose. Leurs noms c'était au quotidien qu'on les entendait. Dans nos souvenirs, leurs visages nous étaient familiers. On a vu leurs films au cinéma, pas en rediffusion sur M6 ou même en DVD. Voir nos références culturelles disparaître, c'est toujours dur, ça nous rappelle qu'on vieillit tous.

 

Et puis, il y a celles et ceux dont on parle moins, et parmi ceux-ci, Louise Bourgeois, la plasticienne française, devenue par la suite américaine. Et en ce qui la concerne, voilà une femme qui a bien vieilli, c'est sûr.

 Louise Bourgeois

Cette artiste m'a toujours fascinée, en provoquant dans le même temps chez moi un malaise, voir une répulsion. Je suis ressortie de ses expos totalement bouleversée par les émotions que ses oeuvres avaient déclenchées.

 

Certaines de ses sculptures étaient tellement dérangeantes. Je m'en souviens d'une en particulier une grosse boule blanche en marbre en dessous de laquelle dépassait les petites jambes potelées d'un bébé, le reste du corps écrasé par l'imposante sphère de marbre. Difficile à supporter tant le message était violent.

 

Elle faisait fie des conventions en explorant des thèmes tels que la maternité, la sexualité, l'amour, le corps qu'elle présentait sous une forme brute et franche. Son oeuvre était ainsi, un mélange de force et d'érotisme mais de légèreté également lorsqu'on regarde ses araignées géantes. 

 

Très peu d'artiste ont réussi à réveiller à ce point ces pulsions de violence et de destruction, qu'il est toujours difficile d'assumer pour le communs des mortels, et qui étaient là, exposées et traduites dans un langage très cru.

 

Loin des clichés, elle réveillait quelque chose d'archaïque en elle qu'elle assumait totalement. On ne peut pas parler de beauté, ni d'esthétisme. Non, car c'était une artiste des tripes, du corps et de la violence des émotions.

 

Et ceci est d'autant plus courageux qu'elle était une femme. Et ce que j'admire particulièrement chez elle, c'est qu'en vieillissant elle est restée fidèle à sa vision artistique qu'elle n'a eu de cesse d'approfondir. Elle est allée toujours plus loin dans l'exploration de ses propres sentiments et ressentis.

 

Je pense qu'il est déjà extrêmement difficile pour une femme de faire accepter son oeuvre, surtout lorsqu'elle dérange et provoque à ce point.

 

Mais cela relève du tour de force lorsqu'une vieille dame persiste à sculpter des phallus géants en bronze, des corps décharnés ou des femmes difformes tout en parvenant à la reconnaissance. La provocation et la rébellion propre à la jeunesse ne peuvent plus se justifier chez une personne de plus de 90 ans. Et pourtant, elle est restée intacte semble-t-il, fidèle à ses pensées et motivations profondes. C'est en ça qu'elle est une grande artiste.

 

La citation qui titre ce billet, prend tout son sens tant il s'agissait pour elle d'extérioriser ses propres démons.

 

bourgeois01[1]

 

Elle s'est éteinte le 31 mai 2010 à l'âge de 98 ans.

 

Chapeau bas Madame Louise Bourgeois.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Mon Blog De Peinture

  • : k.rolyne.over-blog.com
  • k.rolyne.over-blog.com
  • : Bonne visite dans mon atelier de peinture
  • Contact

Welcome

Cher lecteur, voici plus de quinze ans que je peins. Cette passion trouve par ce blog un moyen d'exposition adapté à mon rythme de création et à ma vie très active. J'ai fréquenté de nombreux ateliers, fait de superbes rencontres et appris auprès d'artistes reconnus. Les tableaux, croquis et dessins présentés dans mes albums couvrent ces quinze dernières années. Je vous présenterai celles à venir par mes articles. Bonne visite dans mon atelier.

Tu Cherches, Tu Trouves !